Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Chez Sam - Battambang

Articles avec #nature et decouverte

Chercheurs de diamants à Ratanakiri

6 Mars 2014, 12:34pm

Publié par Anelyse SAM

Rattanakiri 0043La province de Ratanakiri propose de nombreuses activités et visites. Mr Tith Vutha notre guide anglophone nous a proposé d'aller rendre visite à des chercheurs de diamants.

Après deux heures de route et un paysage composé principalement de champs d'hévéas à perte de vue, nous stoppons les motos devant des baraquements qui sont situés au milieu de nulle part, le paysage est à présent désertique sur plusieurs kilomètres à la ronde.

Tith descend de moto et il nous annonce avec un grand sourire jusqu'au oreille, nous sommes arrivés. Je regarde autour de moi et je me dis elle est où la carrière de diamants. Toujours avec son grand sourire, il me dit les diamants sont tout autour de toi, évidemment, je me dis que j'ai mal compris son anglais. Et il m'explique que les diamants se trouvent sous nos pieds.

 

Où vivent les chercheurs de diamants?

Tith nous explique qu'à Ratanakiri, les chercheurs de diamants et leurs familles vivent dans des villages itinérants. Ils s'installent sur des terres vierges et ils commencent les recherches en creusant. S'ils trouvent des diamants, ils commencent à construire leurs maisons en bois pour s'installer ici quelques temps.

 

 

Village itinérant

 

Beaucoup d'entre eux ne sont pas originaires de Ratanakiri, ils viennent des autres provinces cambodgiennes et ils se déplacent de terre en terre dans l'espoir de trouver le gros diamants qui leur fera gagner beaucoup d'argents. C'est extrêmement rare et il faut être très chanceux. Certains chercheront cette fameuse pierre toute leur vie sans jamais la trouver.

 

Comment extrait-on le diamant?

Ensuite, nous nous dirigeons dans les terrains situés derrière la maison afin de rencontrer les chercheurs et d'observer leurs façon de travailler. Il y a des vingtaines de trous un peu partout dans la terre, le terrain est devenu vallonné à cause de la terre extraite du sol que nos chercheurs mettent de côté durant leur recherche et dès qu'ils ont fini d'exploiter le trou, ils se resservent de la terre pour reboucher celui-ci. 

 

Paysage désertique

Nous nous installons sous une bâche sous laquelle il y a un trou que les chercheurs sont en train d'exploiter. En général, ils travaillent à deux sur un trou, il y en a un qui descend sous terre et l'autre qui s'occupe de faire remonter la terre et son collègue. 

 

 

 

Hélitroyage

Voici l'extraction

 

sortie de terre

Le chercheur

 

Trou de recherche

Le trou

A la recherche d'un diamant

Le tas de sable provenant du trou autour duquel nous nous rassemblons pour chercher les fameux diamants.

Main d'un chercheur

Ensuite, chacun prend de la terre entre ses mains et on frotte chaque morceau pour voir s'il y a un diamant. Dans là photo ci-dessus notre guide à trouvé un petit diamant.

Il est là

Sur celle-ci, c'est Sarom qui a trouvé un petit diamant après 3/4 d'heure de recherche intensive. Mais ce n'est pas encore le début de la fortune.

Rattanakiri 0052

Voici des diamants brut, ceux-ci ne sont pas exploitable car ils sont trop petits pour être taillés donc on les revends tel quel.

 

Combien ça rapporte d'être chercheur de diamants?

Il faut savoir que 1kg de petites diamants sans valeur coûtent en moyenne 5000 Riels soit 1,25$. Certains khmer en achètent pour les disposer sur l'autel de Bouddha, il paraît que ça apporte la prospérité dans les affaires. Les bijoutiers achètent toutes les pierres qui peuvent être polies et taillées et surtout qui ont une valeur plus importante.

Les revenus des chercheurs sont très aléatoires, s'ils ne trouvent jamais de belles pierres, ils vivront dans la pauvreté et la misère toutes leurs vies.

Les négociants qui achètent les diamants gagneront beaucoup plus d'argent que le chercheur en revendant le diamant aux bijoutiers et celui-ci après avoir travaillé la pierre pour pouvoir la poser sur un pendentif, il gagnera encore plus d'argent.

 

Nous avons beaucoup apprécié le contact que nous avons eu avec les chercheurs et les enfants du village. Ils se sont beaucoup amusés à nous regarder chercher les diamants à quatre pattes devant le grand tas de terre pendant plus d'une demi-heure. Pour trouver finalement une toute petite pierre. La chance n'était pas au rendez-vous pour nous mais nous reviendrons c'est sûr et certain.

Voir les commentaires

Le poivre de kampot

8 Mai 2013, 04:46am

Publié par Anelyse SAM

Poivre vertKampot est une ville située sur la côte sud du Cambodge. Contrairement à Kep ou Sihanoukville, elle n’a pas de plages à offrir aux touristes mais elle a ses célébres plantations de poivre. Depuis quelques années le poivre de Kampot a acquis une renommée internationale car son goût unique et très apprécié des grands chefs cuisinier.

 

 

Comment pousse le poivre?

Le poivre pousse sur une liane qui crée des graines. Ce sont les graines qui donne le poivre. Le poivre de Kampot est récolté d’octobre à mai. En début de récolte, on cultive le poivre vert et c’est seulement à partir du mois de février que les grains commencent à changer de couleur et qu’ils arrivent à maturité.

 

Les 4 couleurs du poivre :

A Kampot, on produit 4 couleurs de poivre :  

 

  • Le poivre vert : il est cueilli en début de maturité d’octobre à décembre

 

  • Le poivre noir : on l’obtient dès que le poivre commence à arriver à maturité donc lorsqu’il aura les grains jaunes. On cueillera un par un les grains et on les fera sécher au soleil c’est seulement après la phase de séchage que les grains deviendront noir.

 

  • Le poivre blanc : il faut attendre que le poivre sur la liane soit arrivé totalement à maturité c’est-à-dire lorsqu’il a la couleur rouge. On ramasse les grains rouge et on les plonge deux jours dans l’eau. Ce procédé permet d’enlever la coquille rouge appelé péricarpe qui entoure le grain blanc. Ensuite, il faut le faire sécher au soleil.

 

  • Le poivre rouge : on attend que la graine devienne rouge sur  la liane et ensuite on les ramasse un par un et on les fait sécher au soleil par contre, la surveillance doit être constante car le poivre doit garder sa couleur rouge.

 

Pour avoir une bonne qualité de poivre, les étapes suivantes sont importantes : ramassage des grains de poivre un par un, séchage au soleil, nettoyage, triage, calibrage un par un à la main.

 

 

Les bienfaits du poivre :  

Le poivre a de nombreux effets positifs sur notre santé, c’est pour cette raison qu’il est important d’assaisonner nos plats de cette délicieuse épice. D’ailleurs, cette épice est utilisée comme plante médicinale. Voici une liste des bienfaits du poivre :

 

  • Il est bon pour la digestion

 

  • Il fait perdre du poids

 

  • Il aide à calmer les douleurs

 

  • Il soigne les maux de gorges, les bronchites et le rhume

 

  • Il est diurétique

 

  • Il est également aphrodisiaque

 

Si vous souhaitez en savoir plus sur les bienfaits du poivre, je vous conseille de consulter le site suivant : http://poivre-de-kampot.com/proprietes.htmlil explique en détail toutes les vertus du poivre de Kampot.

 

 

Quelques conseils :

Nous vous conseillons d’acheter du poivre en grain et de le moudre au fur et à mesure en fonction de votre utilisation, ainsi son goût ne sera pas altéré.

Si vous aimez manger les viandes rouges et les grillades assaisonnées les avec du poivre noir. Pour les soupes et les poissons, on utilisera le poivre blanc et le poivre rouge sera plutôt utilisé pour les viandes fortes telles que le gibier.

 

Attention, avant d’acheter un sachet de poivre, n’oubliez pas de vérifier que l’appellation Indication Géographique Protégée (IGP) soit mentionnée sur le produit car au Cambodge, de nombreux commerçants notamment à Siem Reap, proposent du poivre à la vente en certifiant aux touristes qu’il s’agit du poivre de Kampot, or pour vendre le vrai poivre de Kampot il faut que le logo Kampot pepper soit mentionné sur les produits. Cette obligation s'applique à tous le monde même aux plantations que vous visitez dans la province de Kampot.

poivres 

Le poivre de Kampot est cher par rapport à d’autres poivres que l’on peut trouver sur les marchés traditionnels cambodgiens, mais gardez toujours à l’esprit que la qualité se paye.

Pour les gourmands, voici une recette que j’ai trouvée sur le site de kampot pepper http://www.kampotpepper.biz/fr/cooking_tips.html.

 

Bonne dégustation !

Voir les commentaires

Le Tonlé Sap

3 Décembre 2012, 06:30am

Publié par A. SAM

Fête de l'eau BattambangAu Cambodge, on célèbre la fête des eaux afin de remercier le fleuve de fertiliser les terres qui vont permettre d"avoir une récolte plus abondantes et de fournir du poissons en abondance. Cette fête marque la fin de la saison des pluies.

 

Cette cérémonie met en avant un phénomène hydrolique unique le changement de sens de la rivière Tonlé Sap. Le lac Tonlé Sap est le coeur du Cambodge c'est grâce à cette grande réserve d'eau que le Cambodge peut cultiver ses terres et fournir du poissons en abondances à sa population. C'est le plus grand lac d'eau douce d'Asie du Sud-est.

 

En saison des pluies cette réserve se remplie et sa superficie est multipliée par 6 par rapport à sa taille de la saison sèche.

 

A ce moment là, le lac est alimenté par le Mékong qui est en cru.

 

En effet, à Phnom Penh la rivière Tonlé sap et le Mékong se rejoignent lorsque le Mékong est en cru, les eaux du Mékong ont une pression tellement forte qu'elles obligent la rivière Tonlé sap à changer de sens et ainsi le surplus d'eau aggrandit la superficie du lac car l'eau rentre dans les terres.  

   

Au mois de novembre, la fête de l'eau qui  se déroule à Phnom Penh devant le Palais Royal célèbre la fin de la saison des pluies et l'inversement du cours de l'eau. Ainsi, le phénomène inverse se produit les eaux du Tonlé Sap se déversent cette fois-ci dans le Mékong.

 

Ainsi, les terres et les forêts qui étaient inondées redeviennent cultivables en saison sèche grâce aux sédiments qui ont été déposés par les eaux.

 

 

Voir les commentaires

Voulez-vous une noix de coco?

2 Août 2012, 13:31pm

Publié par Anelyse SAM

 

Ramasseur-de-Noix-de-coco.JPGAu Cambodge, les cocotiers sont nombreux il y en a partout à la campagne et en ville. Mais comment ramasse t-on les noix de coco?


La technique reste simple, le paysan grimpe en haut du cocotier à la manière d'un singe avec une corde et son coupe coupe. Pour grimper en haut de l'arbre, il utilise uniquement la force de ses jambes et de ses bras.


Une fois arrivée dans les feuilles de cocotier, il se positionne au dessus des noix de coco afin de pouvoir les couper et les faire tomber. Si celles si sont vieilles il les fait tomber directement au sol, si ce sont des noix jeunes, il attache la corde autour de la grappe de noix de manières à les faire descendre de l'arbre sans les faire tomber au sol pour ne pas qu'elles se brisent.


Dans cette étape, il est aidé par son collègue qui attend en bas pour récupérer les noix.


Lorsqu'il a fini, il redescend de l'arbre en quelques secondes en mettant la corde autour de sa taille et en utilisant ses jambes et ses bras. Les ramasseurs sont très agiles en 10 secondes, ils sont déjà en bas de l'arbre.


C'est une activité assez dangereuse car la moindre erreur se termine par une chute.

 

Voici une vidéo réalisé au laos et posté par otdm2010 que j'ai trouvé sur le site internet de  you tube.

 

Voir les commentaires

Le fil de coton

4 Avril 2012, 04:52am

Publié par Anelyse Sam

ile-de-Koh-Dach-pres-de-Phnom-Penh 0016Début mars, nous avons pris quelques jours de repos sur l'île de Koh Dach située sur le Mékong à quelques kilomètres de Phnom Penh. Il y a quatre ans, nous avions visité seulement le nord de l'île. Cette fois-ci, nous prenons le temps de visiter toute l'île du Nord au Sud et d'Est en Ouest.


Nous empruntons une moto et nous voilà parti pour explorer l'île. Nous commençons par le sud que nous ne connaissions pas.


En roulant, j'aperçois à proximité des maisons, des nattes couvertes de coton blanc, ma première pensée c'est qu'il s'agit du coton de kapok. Sarom stop la moto et nous approchons de la maison en demandant l'autorisation à la propriétaire.


ile-de-Koh-Dach-pres-de-Phnom-Penh 0025

En discutant avec cette dame, je me rend compte de mon erreur; elle ne travaille pas le coton de kapok mais du coton naturel qui provient de la région de Battambang.

ile-de-Koh-Dach-pres-de-Phnom-Penh 0026

La dame prend sur son temps pour nous expliquer son travail journalier. Elle s'occupe d'enlever les graines qui sont accrochées sur le coton afin de pouvoir passer le coton dans une petite machine avec une moulinette qui permet d'aplatir le coton et d'être sûre qu'il ne reste plus de graines. Une fois que c'est fini, elle fait un petit tas de coton devant elle.

ile-de-Koh-Dach-pres-de-Phnom-Penh 0015

Ensuite, elle bat le coton avec un manche en bois afin d'enlever tous les corps étrangers et la poussière. Une fois que c'est fini, elle les prend un par un dans ses mains et elle frotte ses mains l'une contre l'autre pour enrouler les bout de coton entre eux (voir image ci-dessous) et elle les déposes dans son panier.

ile-de-Koh-Dach-pres-de-Phnom-Penh 0032

Elle apporte le panier chez sa voisine qui est chargée de faire la filature, c'est à dire de transformer le coton brut en fil. Elle est assise sur la grande table basse sur laquelle est posée sa machine en bois. Elle s'installe devant sa machine, elle prend les bouts de coton et elle accroche le coton à sa machine et elle commence à actionner le mécanisme avec son pied pour faire tourner la roue et pour créer le fil qui sera enroulé autour de la bobine.

ile-de-Koh-Dach-pres-de-Phnom-Penh 0017

 

ile-de-Koh-Dach-pres-de-Phnom-Penh 0022

 

ile-de-Koh-Dach-pres-de-Phnom-Penh 0019

 

ile-de-Koh-Dach-pres-de-Phnom-Penh 0020

 

ile-de-Koh-Dach-pres-de-Phnom-Penh 0024

Elle produit deux bobines par jour. Actuellement, elle travaille pour une ONG japonaise qui leur a commandé des bobines de coton. Elles revendent les bobines de coton au kilo. Le kilo coûte 72 000 Riels soit 18$. Sachez que 8 bobines est égal à 100 gr.

Elles sont actuellement une trentaine à fabriquer des bobines de coton à leur domicile sur l'île de Koh Dach.

 

 

 

Voir les commentaires

1 2 3 > >>