Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Chez Sam - Battambang

Le vin de palme

7 Avril 2012, 05:54am

Publié par Anelyse Sam

Palmier-a-sucre 0090En vous promenant dans la campagne cambodgienne, vous pourrez voir que sur certains palmiers, il y a une fine échelle en bambou accrochée dessus, ça signifie que l'arbre est exploité par le paysan ou sa famille.

 

 


La récolte et la fermentation

Palmier-a-sucre 0092Tous les jours, à l'aide de cette fine échelle en bambou, les paysans montent en haut des arbres qu'ils exploitent afin d'accrocher des bampong (nom khmer) vide qui sont des longs récipients en bambou. Dès que ceux-ci sont placés à la cime de l'arbre, les paysans incisent les bourgeons afin que la sève coule dans les bampong, et avant de redescendre, il récupère les bampong remplis de sève.
Les exploitants grimpent deux fois par jour, tôt le matin et en fin de journée.

 

 

 

 


Dès que les bampong remplis de sève sont récupérer, on remarque que le jus est de couleur blanchâtre, il fermente rapidement puisque dès la sortie de l'arbre, il atteint déjà 1 ou 2° d'alcool. Pour fabriquer le vin de palme, on doit le laisser fermenter une journée. A savoir qu'au bout de 2h de fermentation, le vin atteint déjà 4 à 5° d'alcool et il perd peu à peu sa couleur blanche pour devenir plus foncé. Si vous souhaitez fabriquer du vinaigre de palme, il faut le laisser fermenter plus longtemps en moyenne 4 jours car plus le vin fermente, plus il devient aigre et acide.

 

Palmier-a-sucre 0089

La consommation

La durée de conservation du vin de palme est très limitée puisqu'il fermente rapidement. Par conséquent, les cambodgiens le consomment immédiatement après la production. En général, ils se réunissent entre garçons pour jouer aux cartes, pour boire et pour manger. La boisson s'accompagne très bien avec des brochettes de rats ou de viandes.

 

Les risques

 
Palmier-a-sucre 8033


Cette activité est très répandue chez les paysans car ça leurs permet de compléter leurs revenus mais elle n'est pas sans risque puisqu'ils grimpent à plus de 25 mètres de haut sans protection plusieurs fois par jour.

De plus, l'échelle en bambou peut se rompre à tout moment à cause des variations de températures, de la chaleur et de l'humidité.

Donc inévitablement, les accidents sont très nombreux et malheureusement la conséquence peut-être terrible pour le paysan ou sa famille puisque dans les campagnes les hôpitaux sont peu nombreux et souvent si la famille n'a pas d'argent pour payer les soins, on leur refuse l'accès à l'hôpital.

Commenter cet article

Dédé http://asie-ah-oui.over-blog.com/ 05/08/2012 19:14


effectivement : dangereux , autant boire du thé !!


 


MERCI pour l ' article